OUR LAKE HURON WATERFRONT

This story comes to us from Roland from Ypsilanti, Michigan.  He tells of his early childhood experiences living in Rogers City, Michigan near Lake Huron, watching fishing tugs and limestone freighters.

OUR LAKE HURON WATERFRONT

It was around 1943 that we moved from our farm to Rogers City, Michigan, into a duplex barely a block from the fish docks on Lake Huron.

I remember standing on those docks, looking out onto Lake Huron and watching with awe the freighters heading up-bound out of the Calcite harbor a mile south of us.  Those majestic vessels were hauling limestone to steel mills around the upper Great Lakes as part of the war effort.  Many of my uncles and cousins were responsible for mining the limestone in the Calcite Quarry.  Other relatives were crew members on those freighters.

It was also awesome for my 3 or 4-year-old imagination to watch the little fishing tugs, gone far out into the lake early every morning, but back at the docks with their catch in the afternoon.  The crews were busy unloading their whitefish, herring, perch and chubs, cleaning them, and icing them in large shallow boxes for shipment to wherever.  Then they turned their busy-ness to mending their torn nets and winding them on wide holders for drying.

There were three tugs:  the Katherine V, the Bobby Bill, and another one whose name escapes me.  Wide, pudgy, low-lying, scruffy old craft, but so beautiful to me!  In later years in visiting my old hometown, I would always stop at the docks to see the sad reminder of that once-thriving Great Lakes fishing industry:  the old and broken Katherine V, sitting alone, high and dry up out of the water on some rocks.  About four years ago, her owner hauled her down to the Jesse Besser Museum in Alpena, where she’s undergoing a complete overhaul, to be later displayed as a historical artifact.  Such a passive ending to her active life!

We kids in that neighborhood played war.  In fact, in our fantasies we believed we were helping older cousins and uncles who were off in the military to win that world war on distant battlefields.  On that waterfront by the fish docks, our battlefield, there were lots of old metal canisters lying around.  These old fishing-net floats became our depth charges, artillery shells, mines, maybe even our grenades.  Then we had rubber guns, fantastic contraptions home-made out of lengths of narrow wood, with bands from tire inner-tubes to provide the spring action to actually shoot rubber-band bullets.  There were long rifles, as well as shorter pistols.

For our war games it helped that three brothers in the group had their real-looking combat uniforms and plastic helmets.  How I envied them!  Their dad was First Mate on one of the Calcite freighters and earned real money to afford them.

By the miracle of childhood imagination and by the mysteries of the living Great-Lakes water, life on the Lake Huron waterfront in the mid-forties has become a treasure of rich memories.

This entry was posted in Uncategorized and tagged , . Bookmark the permalink.

Comments are closed.

.?.nutriset.fr.?.
Au milieu des ossements commander viagra net calcinés levitra générique en pharmacie qni y avaient été déposés, acheter cialis avec paypal se trouvait un moyen bronze de Domitien.
generique viagra achat Les urnes en terre flg, i et de la planche Y contenaient également des cendres et des ossements brûlés surdosage sildenafil dans Tune d'elles était un moyen bronze dapoxetine prix d'Antonin. C'est encore dans un foyer viagra au quotidien d'incinération qu'a été recueilli un petit bougeoir en terre blanche, dont l'analogue avait déjà été rencontré, au milieu d'autres objets romains, dans les fouilles du Ghàtelet en Champagne, au siècle dernier. Une tombe à inhumation de l'époque gallo-romaine comparaison viagra achat de levitra en france generique sildenafil effet secondaire levitra a donné une petite bouteille en terre rouge, dont la panse porte l'inscription MIS CE elle faisait partie d'un groupe de trois vases, dont un en verre, placés aux pieds du sujet.
Un autre vase à boire, en terre grise, d'une forme aussi rare qu'élégante, était accompagné peut on acheter du viagra en pharmacie en espagne prix levitra en pharmacie de deux coupes en terre rouge, d'une pince comparaison entre cialis levitra épilatoire et d'une boucle de fer. Dans le cimetière franc de Breny ont été ouvertes dapoxetine en pharmacie en france tombes l'orientation des corps, arret propecia chute généralement assez je suis une femme et j'ai pris du viagra bien conservés, était mal aigu des montagnes et viagra celle qu'on a constatée ailleurs la tête, souvent posée sur une pierre plate ou sur un grès, était au couchant, les pieds au levant. On y a trouvé les armes, les ustensiles, les bijoux, qui caractérisent le mobilier funéraire des tombes mérovingiennes.
.?.ctoobio.com.?.
Ce qui est plus considérable encore megaoesophage chien viagra est, qu'ils sont acheter du kamagra en ligne sortis en nombre sur sa poitrine quand elle est venue à être de neuf ans, qui était le temps que notre société à Dublin a examiné l'enfant. Le corps de cette fille est sec, et tel qu'il est consommé, trop sec et trop chaud. Les cornes sont couleur de cendre, mélangé avec du jaune, et leur substance est difficile, sans aucune contre indications du cialis odeur.
comment se procurer propecia Ils essayèrent d'abord à éradiquer les cornes mais ils lançaient de nouveau, et étaient Il semble que le Dr William Roots, de Kingston-upon-Thames, amputé une excroissance de ce le cialis en tunisie genre, en Février, exactement semblable à une corne de bélier, forum vente viagra en ligne de la tête d'un homme entre cinquante effet cialis long terme achat viagra online ou trouver du cialis pas cher à paris avis levitra 10mg et soixante ans, un dessin qui, dans son état de croissance, il a présenté à Astley Cooper. Le nom de la victime était John Kennedy, un jardinier à Thames Ditton, La culture réussie de l'art de guérir par l'habileté et de l'apprentissage européen, nous a rien laissé à chercher des Hindous. Dans l'état acheter viagra fabriqué en france actuel de leurs connaissances, en effet, nous ce este priligy annee invention viagra cialis authentique suisse avons tout fait pour leur enseigner, mais nous ne sommes pas d'inférer, à partir de ce acheter cialis a andorre forum viagra 100 que nous voyons maintenant, qu'ils ont jamais été mieux instruits. Leur nidan, ou le diagnostic, apparaît pour définir et distinguer les symptômes avec une grande précision, et leur druvyabhidhana ou materia medica-est suffisamment volumineux. Ils ont également accordé une grande attention au régime et le régime alimentaire, et ont un certain nombre d'ouvrages sur la nourriture et traitement général adapté à la plainte, ou favorables à propecia chute accélérée l'opération de la médecine cialis achat avis administrée cette branche qu'ils intitulé pathapatJiya.
Pour ceux-ci doivent être ajoutés, l'chikitsa, ou un traitement médical des maladies au sujet de laquelle ils ont une variété de compositions, contenant beaucoup absurdité, avec beaucoup qui est de la valeur et de la rosavidya, ou de la pharmacie, dans laquelle ils sont le plus déficient. Tous ces travaux, cependant, sont de peu d'utilité pour la génération actuelle, car ils sont très rarement étudiés, et encore plus rarement compris par la Division de la science ainsi remarqué, comme existant dans les livres, exclure azulzinho ou viagra les deux branches importantes, sans lequel l'ensemble Anatomie système est défectueux et chirurgie.
allo maman viagra lyrics Nous pouvons facilement imaginer que ce ne sont pas susceptibles d'avoir été beaucoup plus cultivé dans l'Hindoustan et que les inconvénients acheter pilule cialis locaux, et les préjugés religieux, aurions formé de très graves obstacles à leur acquisition. Quelque chose de l'ancien pourrait être accidentellement ramassé, par l'inspection occasionnelle de cadavres, qui se trouvait être exposée mais nous ne peut guère s'attendre à des dissections de l'espèce humaine parmi les Hindous, lorsque nous constatons le viagra medicament levitra viagra que les Grecs eux-mêmes ne pas Franchir les quadrupèdes, même à l'époque d'Aristote. En l'absence de l'anatomie, bien sûr, peu devait être cherchée dans la chirurgie et il a été pris pour acquis, que, quelle que fût le caractère de la science médicale parmi les Hindous, dans les anciens jours, une ignorance presque totale a toujours prévalu sur les sujets les plus essentiels à sa parfaite possession et l'application pratique. Ces idées, cependant, sont peut-être partiellement erronée, et reposent sur notre connaissance imparfaite de la littérature médicale des Hindous.